Logo de la Communauté de Communes du Pays de Brisach
Votre navigateur semble obsolète

Pour une meilleure expérience sur le site, pour naviguer en toute sécurité et pour profiter des dernières technologies, merci de mettre à jour votre navigateur.

Mettre à jour Internet Explorer

×

Accueil>Communauté de communes>Actualités>Portrait du mois de juillet

Portrait du mois de juillet

LA SÉRIE D’ACTUALITÉS « LE PORTRAIT DU MOIS » FÊTE SON PREMIER ANNIVERSAIRE !

À travers ces portraits, la Communauté de Communes souhaite mettre en avant ceux qui font vivre le territoire. Rencontre aujourd’hui avec Isabelle et Jean-Martin Boesch, fondateurs de l’association AIMA (Association Itinérante de Médiation Animale) basée à Heiteren.

Bonjour Isabelle. Pouvez-vous présenter l’association Aima et définir ce qu’est la « médiation animale » ?

J’ai créé l’association en 2009 avec mon mari Jean-Martin. J’assure toute la partie animation et mon mari gère la partie logistique. Je définirais la médiation animale comme un outil de travail. L’animal sert à créer une interaction, c’est lui le médiateur. Je considère les animaux comme mes collègues. Je travaille avec des hamsters, des chiens, des ânes, des octodons, des chinchillas, des cochons d’Inde, des lapins, des poules et plus récemment avec un chat. L’association travaille avec un public large : petite enfance, personnes en soins palliatifs, en Institut Médico-Pédagogique mais aussi des personnes en situation de handicap. Travailler avec un tel public est une richesse qui permet l’équilibre. La dynamique des enfants rebooste et la tranquillité des personnes âgées permet le retour au calme.

Pouvez-vous nous expliquer la façon dont vous formez vos animaux à la médiation animale ?

Il existe des formations dans toute la France mais pas une « école de la médiation animale » à proprement dit, avec des techniques spécifiques à suivre selon l’espèce animale. Pour ma part, j’ai plutôt tendance à accepter l’animal comme il est. En fonction de sa personnalité, je m’adapte. Chaque animal a des compétences particulières. Je le laisse être comme il est et je ne cherche pas à le « transformer ». Je pense que cela apporte une réelle valeur ajoutée aux séances. Ce sont eux qui choisissent la façon dont ils souhaitent être formés en quelque sorte. Cette grande liberté est bénéfique aussi bien pour les animaux que pour les personnes qui suivent les séances de médiation.

Comment se déroule une séance et comment celle-ci est préparée ?

En animation, je suis toujours accompagnée par l’encadrement (psychologue, assistante maternelle, etc.). C’est extrêmement important car ils connaissent le public par cœur. Selon les objectifs fixés par les encadrants, j’adapte les séances en faisant certaines propositions même si souvent, ce sont les structures qui choisissent les animaux. J’établis la séance en fonction des préférences. Je propose des séances d’une heure pendant lesquelles chaque animal a sa place. Si je vois qu’un n’a plus envie, je le laisse tranquille.

Comment voyez-vous l’avenir ? Souhaitez-vous développer d’autres activités ? Souhaitez-vous travailler avec d’autres espèces animales ?

J’ai des idées plein la tête mais nous ne manquons pas de sollicitation. Pour l’instant, nous gardons l’effectif actuel. Nous sommes en train d’aménager un espace pique-nique pour que le public puisse profiter pleinement du cadre. Afin de préserver la tranquillité des animaux, nous l’avons volontairement éloigné d’eux.

Une petite anecdote pour finir ?

Un jour en animation, un enfant réclamait le « munster » à plusieurs reprises. Nous avons fini par comprendre qu’il demandait à caresser un hamster. Nous ne sommes pas en Alsace pour rien !